TRAITEMENT TERMITES DE BOIS SEC

Planifier un diagnostic régulier pour détecter une invasion de termites


traitement termites de bois sec

Le premier signe qui annonce la présence de termite bois sec est le son qu’ils produisent. Il ressemble étrangement à un bruissement provenant des murs. Le son est émis s’ils secouent leurs corps pour alerter leurs semblables. Il suffit de coller l’oreille contre le bois infesté de ces insectes pour les entendre mâcher.

Certificat CTBA

LES PARTICULARITÉS DES TERMITES DE BOIS SEC

Kaloterme

On reconnait facilement la termite par sa particularité : une collerette autour du cou de couleur jaune, elle est dans notre région, particulièrement développée sur le bassin méditerranéen, d’origine arboricole, on récence de plus en plus de cas d’infestation sur des bois œuvrés (linteau de fenêtre, châssis de tabatière, parquet près de porte fenêtre…)

Ces insectes ne contaminent que les bois en contact immédiat avec ceux sur lesquels ils ont atterris par le fruit du hasard et portés par les vents (pergola en bois, linteaux, seuils de fenêtres et portes fenêtres etc...) et ne migrent dans les maçonneries comme les termites souterrains “prospecteurs”.

Un traitement curatif des bois contaminés et ceux à proximité́, suffira pour éliminer ce problème qui nécessitera tout de même des investigations en décroutage d’enduit pour accéder aux bois œuvrés de la zone de contamination.

LA LUTTE DANS LE BÂTI EXISTANT

le bâti existant

Une lutte efficace passe par :

Des opérations préparatoires précises telles que :

  • Le sondage mécanique de tous les bois,
  • Le bûchage des parties vermoulues, étape essentielle dans l’efficacité du traitement,
  • Le brossage et dépoussiérage des galeries apparentes et de l’ensemble de la surface des bois.

Des opérations de traitement (injection et pulvérisation) qui varient suivant la typologie de produit utilisé (gel ou liquide) et le type de bois à traiter (résineux ou feuillus).

Les opérations de préparation et traitement mis en œuvre par les entreprises certifiées CTB-A+ sont toutes définies dans des référentiels de prescriptions techniques validés au préalable par différents acteurs du marché, tels que les prescripteurs, les assureurs…

À savoir : dans le cas d’un traitement préventif donc lorsque le bois est sain, seuls les ancrages et les bois en contact avec les maçonneries sont à injecter. Une application de surface suffira à conférer une protection à l’ouvrage concerné.

Écroutage

Écroutage, mise à nu du linteau

Perçage

Perçage pour injection du biocide anti-temite

Linteau

Linteau traité avec injection dormant de fenêtre

Reprise d'enduit

Reprise d'enduit après passés 2 mois pour contrôle de traitement

LES 5 CLASSES D'EMPLOI DU BOIS

Classe 1

Bois placé en intérieur, à l'abri des intempéries.
Ex : parquets, meubles, etc.

Classe 2

Bois placés en intérieur mais pouvant être soumis à un risque d'humidité ponctuelle.
Ex : charpentes, éléments de toiture.

Classe 3

Bois placés en extérieur, soumis des alternances rapides d'humidité et de séchage...
Ex : fenêtres, portes d'entrée, revêtements extérieurs

Classe 4

Bois placés en extérieur et soumis à une humidité permanente.
Ex : clôtures, poteaux, passerelles extérieures.

Classe 5

Tous les ouvrages en bois en contact avec l'eau de mer.
Ex : jetées, pontons, etc.

RÉGLEMENTATION, DIAGNOCTIC ET TRAITEMENT

Décret n°2006-591 du 23 mai 2006


DANS LE NEUF

Les articles L 112-17 et R 112-2 à 4 du Code de la construction et de l’Habitation et leur arrêté d’application du 27 juin 2006 prévoient notamment la protection des bois et matériaux à base de bois participant à la solidité de l’ouvrage contre les insectes à larves xylophages et ceci sur l’ensemble du territoire national et les termites pour les départements sous arrêté préfectoral.

Ces dispositions concernent les constructions dont le permis a été déposé après le 1er novembre 2006, ainsi que les travaux d’aménagement engagés à compter de cette même date.

DANS L’ANCIEN

Il n’existe pas de réglementation particulière concernant les traitements préventifs ou curatifs dans l’ancien contre les insectes à larves xylophages dans le bâti existant. Toutefois, les bois neufs introduits dans un bâtiment ancien doivent répondre aux obligations règlementaires.

Il est à noter que les opérations de préparation et traitement sont indissociables les unes des autres de façon à garantir un résultat.